Meet your photographer!

Portrait d'Alexandra Koeniguer

Ma page à propos a piqué votre curiosité et vous souhaitez en savoir plus sur mon approche de la photographie ? C’est bien normal, car choisir VOTRE perle rare parmi tous les photographes, c’est un exercice délicat, et on va pas se mentir : le feeling joue un rôle majeur dans votre décision. Alors c’est parti pour une présentation « version longue » !

Au commencement… un blog voyage (et du chômage)

Ma relation avec la photographie a commencé il y a bien longtemps, quand un argentique a atterri entre mes mains de fillette (merci papy !). Mais ça, on s’en fout : ce que je veux que vous sachiez, c’est pas que je photographiais mes peluches, mais que mon expérience de blogueuse voyage a été ma porte d’entrée dans la photographie, en plus de me donner un sens ultra-aiguisé de la valorisation des territoires.

Flash-back.

Nous sommes en 2016, je viens de finir un CDD. Je profite de cette période de flottement sponsorisée par Pôle Emploi pour ouvrir mon blog de voyage Zone Blanche, qui sera mon ticket gagnant pour décrocher un job en agence en tant que Responsable éditorial web. Ce blog, c’est mon exutoire, l’endroit où je chausse ma vraie plume après avoir passé ma journée à la déguiser. Et puis c’est sympa de partager ses photos de voyage, non ? Mais c’est quand même mieux avec de jolies photos. C’est pour ça qu’en novembre 2018, je craque pour un Canon M50 après plus d’une décennie à mitrailler uniquement au smartphone.

De fil en aiguille, la fièvre de la photographie me prend. Rien de surprenant cependant : je suis une communicante, et c’est mon travail de choisir le meilleur medium pour faire passer mon message ou celui de mes clients. La photographie ? C’est comme l’anglais : une langue de plus à mon arc pour m’exprimer. Et ça, les collectivités ont bien compris en quoi ça pouvait leur être utile.

L’ampleur de ma dévotion envers la photo est proportionnelle à la souplesse de ma colonne vertébrale d’ancienne gymnaste
© crédit photo : Maman (qui rigolait beaucoup)

C’est donc grâce à Zone Blanche que je pose le pied à Lille en 2019, invitée pour un blogtrip par Hello Lille afin de faire ce que je fais le mieux : mettre en valeur un territoire. J’ai compris alors que j’avais un diamant brut entre les mains, et qu’il allait falloir le tailler pour qu’il prenne de la valeur. C’est ainsi que depuis 2019, je teste, j’échoue, j’apprends, je me forme, tout cela avec passion, pour créer des photos toujours plus vendeuses. Et surtout, je me suis pris au jeu au point d’oser en faire mon métier.

Mes inspirations : du fantasy, du mystère, de la peinture

Assez rapidement, un fil d’Ariane est apparu dans mes photos. Je me nourris de mondes imaginaires depuis toujours et certaines marottes m’influencent en filigrane :

  • John Howe : c’est l’illustrateur qui a donné vie aux Terres du Milieu de Tolkien. Cerise sur le gâteau, c’est l’Alsace et ses châteaux forts qui l’ont inspiré lorsqu’il étudiait à Strasbourg. En tant qu’Alsacienne, le trait fantasy iconique de John Howe est une évidence : je le vois partout dans mon quotidien… et ça se sent dans certaines de mes photos.
  • Le film noir : j’adore l’esthétisme de ces films où le mystère règne dans un monde peuplé de personnages torturés, mention spéciale aux éclairages urbains sous la pluie ou nimbés de brume. Sin City ou l’excellente série Zone Blanche (qui n’a rien à voir avec mon blog de voyage bien que j’ai réalisé un guide des lieux de tournage pour brouiller les pistes) n’en sont que quelques exemples.
  • La peinture : j’ai un certain penchant pour les paysages de l’âge d’or de la peinture néerlandaise (ceux avec les forêts majestueuses pleines de brouillard), les portraits clair-obscur de Caravage, les gravures de Gustave Doré ou plus récemment, les aquarelles et dessins issus de la pop-culture japonaise.

Je suis très impressionnée par les photoreportages de festivals japonais d’Eiichi Yoshioka ou les portraits de Pia Maria Rautio, mais je suis davantage touchée par l’esthétisme provenant du cinéma, de la peinture, de l’illustration, du jeu vidéo… et même de la musique !

Ça ne veut pas dire que ça transparaît dans TOUTES mes photos, mais quand j’en ai l’occasion, je ne me prive pas de faire des hommages ici et là, consciemment ou inconsciemment.

Quel est mon style photographique ?

Je suis curieuse, toujours prête à tester de nouvelles choses et donc plutôt polyvalente. Je n’ai pas peur de tester de nouvelles choses et je ne suis pas du genre à imposer à tout prix un style à mes clients. Cela dit, il y a quand même des choses que j’adore et d’autres que je déteste faire.

J’aime ❤️

  • Faire des photos dans le brouillard ou de nuit.
  • L’approche photoreportage d’un événement avec des photos prises « sur le vif ».
  • Les petits détails qui racontent une histoire.
  • Les ambiances cinématographiques.
  • Les photos complètement barrées avec des cadrages ou actions atypiques (le « fearless »).
  • Jouer de manière créative avec la lumière, avec mes panneaux LED par exemple.
  • L’ultra grand-angle.
  • Immortaliser le savoir-faire des entreprises.

J’aime pas ⛔

  • Photographier des nouveaux-nés.
  • Le massacre du vert dans les photos « moody » (pourquoi tant de haine envers cette formidable couleur ? T-T).
  • Les photos en noir et blanc.
  • Le noir noir.
  • Les oiseaux qui me font faire une crise cardiaque en volant trop près de mon drone.
  • Les clients qui paient pas les factures 👀

Pourquoi le drone ?

Ce voyage insolite vers la certification de télépilote de drone a commencé un peu comme tout le reste. J’ai vu des photos de mes confrères, je me suis dis « oh ça a l’air cool ! » et ma curiosité a fait le reste. J’ai acheté un drone, et après quelques semaines, me voilà déjà sur mon premier reportage aérien.

Si j’ai pu me débrouiller sans trop de problème pour travailler tout en respectant les limites imposées aux vols de « loisirs », j’ai vite pris goût à l’exercice et eu envie d’aller plus loin. J’ai potassé tout l’automne 2022, enchaîné examen théorique et formation pratique, et me voici en train de photographier sous toutes ses coutures le bâtiment historique de La Seigneurie, en plein centre-ville d’Andlau !

Le drone fait aujourd’hui partie intégrante de ma panoplie de photographe. J’en parle plus en détail sur ma page dédiée au télépilotage de drone et sur mon portfolio de photos aériennes.

Bâtiment de La Seigneurie, photographie aérienne

Et sinon ?

Je vis en Alsace à Andlau, avec mon conjoint illustrateur Ben et mon gros chat Méroé, que vous pouvez apercevoir dans mon portfolio dédié aux portraits (le conjoint aussi d’ailleurs 🤗). Parfois, Ben m’accompagne sur mes shootings photo quand j’ai besoin d’un assistant lumière ou d’une seconde personne pour sécuriser au maximum les vols en drone.

Photo de couple par Alexandra Koeniguer
Mon binôme de choc y met du sien pour vous montrer un exemple de photo de couple 🙂

Je suis toujours mordue de voyage, et j’aime par-dessus tout photographier les fêtes traditionnelles qui rythment le calendrier des pays étrangers (et en France aussi !).

J’exerce toujours le métier de Responsable éditorial web et je ne compte pas reposer le stylo, car l’écriture fait partie intégrante de ma vie depuis toujours. Je mène de front mes deux activités professionnelles de création de contenus (que vous pouvez découvrir sur mon autre site pro), et je me débrouille pour les faire se croiser dès que possible afin de démultiplier l’efficacité des messages que je fais passer (coucou les entreprises qui ont besoin de solutions complètes sans passer par 36 000 prestataires).

Mon profil vous parle ? Vous sentez qu’il y a des atomes crochus entre nous ? Alors n’hésitez pas :